Bristol-Myers-Squibb met 13 milliards de dollars pour s’offrir une biotech en cardiologie

Le groupe américain a choisi de se renforcer en cardiologie. Jusque-là, il s’était surtout focalisé sur le cancer.

Le groupe américain a annoncé début octobre le rachat de MyoKardia pour 13,1 milliards de dollars, avec une prime de quelque 60 % sur le dernier cours de Bourse. Il est vrai que c’est une aire thérapeutique qui lui a été familière dans le passé, avant qu’il ne s’en dégage progressivement au cours des années 2000. Aujourd’hui, il dispose malgré tout dans ce domaine d’un blockbuster, l’Eliquis, un anticoagulant dont il se partage les bénéfices avec Pfizer.

Phase III réussie

Ce produit, dont les ventes pourraient nettement dépasser les 8 milliards de dollars de chiffre d’affaires cette année, devrait réussir à tenir à distance la concurrence des génériques jusqu’en 2026, mais il n’a pas vraiment de successeur jusqu’à présent. Le principal actif de MyoKardia, le Mavacamten, a achevé avec succès une étude clinique de Phase III contre la cardiomyopathie hypertrophique (une cause d’insuffisance cardiaque) et pourrait être commercialisé à compter du premier trimestre de l’année prochaine. BMS compte lui trouver d’autres applications… [En savoir plus]

Retour haut de page