Echanges houleux entre intensivistes et anesthésistes-réanimateurs sur fond de Covid-19

(Medscape – Philippe Anaton) La bataille de chapelles entre anesthésistes-réanimateurs (MAR) et médecins intensivistes-réanimateurs (MI-R) repart de plus belle. Elle avait déjà fait rage en 2017 dans le milieu médical, la voici qui s’enflamme à nouveau sur fond de crise sanitaire. Cette fois-ci, c’est le Pr Eric Maury, président de la Société de réanimation de langue française (SRLF) et éminent représentant du camp des MI-R, qui a déclenché les foudres de l’autre camp lors de son audition au sénat le 15 octobre 2020 par la commission sénatoriale sur la gestion de la crise sanitaire de la Covid-19.

Propos diffamatoires

Ce dont l’accuse la Société française d’anesthésie réanimation (SFAR) dans un communiqué le 15 octobre dernier, est d’avoir « tenu des propos diffamatoires à l’égard des médecins anesthésistes-réanimateurs », ajoutant que « l’émotion de notre collectivité est très forte car ces propos calomnieux mettent en doute le professionnalisme et les compétences des médecins anesthésistes-réanimateurs en particulier par une interprétation fallacieuse de données biaisées ». De quoi s’agit-il ?

Invité par le Sénat à s’exprimer dans le cadre de sa commission sur la gestion de la crise Covid-19, le Pr Maury a d’abord tenu à faire un état des lieux de la réanimation en France. Au sujet du parc habituel de lits de réanimation en France, il a déploré les faibles capacités françaises : « on est sur à peu près 7 lits pour 100 000 habitants, ce qui fait un capacitaire d’environ 5000 lits de réanimation. En réalité, nous avons environ 5700 lits mais il y a 700 lits qui sont fermés faute de personnels soignants. Vous voyez que cela ne nous met pas dans le peloton de tête par rapport à certains de nos voisins », a-t-il notamment déclaré. Pour monter la capacité en lits de réa à 10000 lits au plus fort de l’épidémie, « il a donc fallu ajouter des lits de réanimation et cela a été rendu possible grâce aux anesthésistes-réanimateurs qui grâce à des déprogrammations massives ont pu se consacrer à la mise en place et la mise en fonction d’unités de réanimations ex nihilo ».

Le Pr Maury a ensuite rappelé la manière… [En savoir plus]

Retour haut de page