Excès de mortalité de 19 % constaté en France la semaine dernière (DGS)

(APMnews) – L’excès de mortalité toutes causes confondues était de 19 % sur le territoire national au cours de la semaine du 23 mars, contre 14 % la semaine précédente, a rapporté jeudi soir le directeur général de la santé (DGS), Jérôme Salomon, lors de son point presse quotidien consacré à l’épidémie de Covid-19.

Le nombre de cas recensés d’infections par le coronavirus Sars-CoV-2 approche désormais les 1 million à l’échelle mondiale, et le nombre de décès a franchi la barre des 50 000, selon les derniers chiffres rapportés jeudi par le DGS.

En France, le nombre total de cas confirmés par PCR depuis l’introduction du virus était de 59 105 jeudi, et le nombre de décès recensés depuis le 1er mars était de 4 503 (83 % âgés de plus de 70 ans), dont 471 survenus au cours des dernières 24 heures. Jérôme Salomon a en outre fait état d’au moins 884 décès survenus dans les établissements sociaux et médicosociaux, soulignant néanmoins que ces chiffres étaient encore provisoires car non consolidés.

A l’échelle nationale, « un excès de mortalité par rapport à la mortalité attendue au cours d’un mois de mars a atteint 14 % » la semaine du 16 au 22 mars, a rapporté le DGS. « Cet excès se confirme et se renforce encore sur la semaine [du 23 mars], avec un excès de 19 %« , a-t-il poursuivi, précisant que cette mortalité concernait principalement des personnes de plus de 65 ans.

Au niveau régional, ce sont les régions Grand Est et Ile-de-France qui sont les plus touchées par cet excès de mortalité. Mais sont également concernées les régions Bourgogne-Franche-Comté, Hauts-de-France et Auvergne- Rhône-Alpes. Parmi les 26 départements touchés, deux le sont à un niveau « exceptionnel« : le Haut-Rhin et la Seine-Saint-Denis.

Il y avait jeudi soir 26 246 personnes hospitalisées dans 880 établissements de santé et 6 399 cas graves nécessitant des soins lourds, pris en charge dans des services de soins intensifs et de réanimation. Si 90 de ces cas graves sont jeunes, âgés de moins de 30 ans, la majorité (60 %) a entre 60 et 80 ans. Un peu plus d’un tiers a moins de 60 ans.

Jérôme Salomon a par ailleurs fait état d’un nombre d’admissions en réanimation en baisse progressive depuis lundi, avec 382 nouveaux patients pris en charge jeudi, contre 452 mercredi, 458 mardi et 475 lundi. Il a rappelé que cet indicateur était majeur pour « suivre l’impact de l’épidémie mais surtout sa gravité », dans le sens où il est un « reflet de nos capacités à prendre en charge les patients les plus graves » mais aussi une jauge pour évaluer l’impact du confinement.

Pour autant, et même si plusieurs régions ont fait part d’une stabilisation du nombre de nouveaux cas confirmés et d’entrées en réanimation, Jérôme Salomon a préféré rester « extrêmement prudent », rappelant notamment que « le délai d’apparition des formes graves pourrait être autour de 15 jours, jusqu’à 17-18 jours« .

« Cela veut dire qu’on est à peu près à cette période par rapport au début du confinement« , a-t-il noté, rappelant de fait que l’évaluation de l’impact du confinement se ferait « probablement à la fin de la semaine ou au cours du week-end« .

Il a par ailleurs indiqué que plus de 2.000 lits de réanimation était encore disponibles sur le territoire national, pour plus de 9.000 au total.

90 000 cas de Covid-19 ont consulté un généraliste la semaine dernière

Le nombre de passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 était de 3 195 jeudi, soit 18 % de l’activité totale, et 39 % de ces passages ont abouti à une hospitalisation. Une admission directe en réanimation a concerné 4% des cas. SOS Médecins a fait état de 1.217 interventions pour Covid-19 jeudi.

Par ailleurs, le nombre de patients atteints de Covid-19 et ayant consulté un médecin généraliste a été estimé à 51.000 pour la semaine du 16 mars – des chiffres revus à la hausse par rapport aux premières estimations, note-t- on – et est monté à 90.000 pour la semaine du 23 mars, selon des données de Santé publique France rapportées par Jérôme Salomon.

Le taux de téléconsultations a par ailleurs nettement augmenté, passant de moins de 1 % de l’ensemble des consultations avant l’épidémie (et donc avant les mesures de confinement) à plus de 10 % la semaine dernière, a indiqué le DGS.

Le nombre total de patients guéris était de 12 428 jeudi, dont 1 493 personnes sorties guéries au cours des dernières 24 heures.

Par ailleurs, APMnews, qui a eu écho de cas de personnels soignants hésitant à retourner travailler après une première infection Covid-19 par peur d’être contaminés par une autre souche de coronavirus, a interrogé Jérôme Salomon sur l’éventualité d’une co-circulation en France de plusieurs souches de Sars-CoV-2.

« Je tiens à envoyer ce message rassurant aux professionnels de santé: quand ils ont été malades et qu’ils sont guéris – car il faut effectivement être sûr d’être guéri et attendre peut-être deux ou trois jours sans aucun symptôme –, il n’y a plus d’inquiétude sur une réinfection par ce coronavirus« , a répondu le DGS.

« Il n’y a pas différents virus qui circulent, et donc quand on a fait une infection à coronavirus, on a une immunité acquise et on peut ensuite considérer que l’on est protégé et porter toute l’attention aux malades atteints« , a-t-il insisté, annonçant en outre la diffusion prochaine d’ »études sérologiques internationales qui vont démontrer cette apparition d’anticorps, cette immunité protectrice et -je l’espère- pérenne, face à ce virus ».

Et pour la première fois depuis le début de l’épidémie, Jérôme Salomon a consacré une partie de son point presse à la filière santé mentale, qui a un « rôle essentiel à jouer » .