Vaccins à ARN : l’INSERM rassure

[Medscape – Fanny Le Brun] Alors que le début de la campagne de vaccination contre le SARS-CoV-2 est imminente en France, les vaccins à ARN, de par leur nouveauté, suscitent de nombreuses questions et craintes. L’INSERM a fait le point sur cette technique.

Quelle différence avec les autres types de vaccins ?

Les vaccins à ARN ont pour particularité de ne pas contenir l’agent infectieux atténué ou inactivé, ou certains de ses composants, comme c’est habituellement le cas. Ces nouveaux vaccins reposent sur l’injection d’un ARN messager (ARNm) codant pour la protéine Spike présente à la surface du coronavirus SARS-CoV-2. Cet ARN va pénétrer dans les cellules du patient localisées au niveau du site d’injection et être traduit en protéine, comme n’importe quel autre ARNm se trouvant dans le cytoplasme. C’est la protéine Spike traduite par la cellule qui déclenchera la réaction immunitaire.

Pourquoi avoir choisi cette nouvelle technique ?

Les vaccins à ARN ont pour avantage de pouvoir… [Lire la suite]

Retour haut de page