Bienvenue à Boston !

Pierre Sabouret

 

Président du CNCF

E-congres de l’AHA 2021, à Washington, ou à Paris Marseille ou Besançon, car peu importe, nous le suivrons à nouveau en virtuel.

Et d’ailleurs, l’écran n’est-il pas notre nouvelle salle plénière et internet notre agence de voyage ? On pourrait y trouver des avantages et oublier le temps où se déplacer était le moyen de s’informer, d’échanger, de se retrouver. On verra si 2022 gardera la mémoire de ces temps qui semblent révolus.

Après un ESC exceptionnel, cet AHA devrait revenir sur le dépistage de la FA, les gliflozines dans l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée, l’intérêt de remplacer la valve aortique en cas de rétrécissement serré asymptomatique, mais aussi la place du numérique et de l’IA dans la cardiologie d’un futur proche.  Pour retrouver un peu de proximité, nous vous proposerons tout au long du congrès de l’AHA un rendez-vous quotidien français avec les résultats et les commentaires de l’actualité. Suivez-nous et partageons ce qu’il faudra retenir de ce rendez-vous.

Avec le soutien institutionnel du laboratoire

Les experts du What's up de l’AHA 2021

Le point de vue de nos experts

L’essentiel des enjeux et des résultats

Par François Diévart Dunkerque
A peu près 300 communications seront consacrées à la cardiologie interventionnelle, qu’elle soit coronaire ou structurelle, mais aussi cérébrovasculaire lors des sessions scientifiques de 2021 de l’American Heart Association. Plusieurs présentations concerneront les traitements pharmacologiques associés qu’ils soient antithrombotiques ou préventifs. Il n’y aura toutefois pas de présentation d’études cliniques majeures susceptibles modifier les pratiques dans le domaine.

Il y aura donc beaucoup de mises au point et quelques cas cliniques concernant la cardiologie interventionnelle coronaire avec quelques thèmes phares : l’ischémie sans lésion coronaire significative (INOCA) et l’infarctus du myocarde sans lésion coronaire significative (MINOCA), la revascularisation complète et précoce de l’infarctus du myocarde, c’est-à-dire le traitement d’emblée et non différé de toutes les lésions non coupables significatives avec notamment la présentation d’une méta-analyse sur le sujet et celle d’un nouvel essai thérapeutique comparatif ainsi que l’évaluation de divers stents actifs dans cette situation clinique.

Parmi les études originales, il y aura les résultats à long terme d’une « embolothérapie bariatrique par voie percutanée » pour réduire le poids de sujets obèses (P2219) et les résultats d’une méta-analyse des anti-agrégants plaquettaires inhibiteurs de P2Y12 en prétraitement de l’infarctus du myocarde sans sus-décalage du segment ST (P2228) et une autre méta-analyse sur le rapport bénéfice risque du ticagrelor en monothérapie par rapport à une double anti-agrégation plaquettaire chez les diabétiques ayant eu une angioplastie coronaire avec un stent actif (P2229).

Bon congrès à tous !

Par le Dr Franck HalimiParis

Cette nouvelle édition virtuelle de l’AHA 2021 nous réserve de très belles publications d’études cliniques en rythmologie. La fibrillation atriale sera cette année encore la « guest star » du congrès.

Le café accélère le rythme cardiaque, mais qu’en est-il de son arythmogénicité réelle à l’étage atrial et ventriculaire? L’étude CRAVE se propose de répondre à cette question à travers une véritable étude contrôlée.

La FA permanente est associée au déclin cognitif chez les patients de plus de 65 ans. L’étude GIRAF compare Warfarine et Dabigatran en postulant que cet AOD améliorera le pronostic par une anticoagulation plus stable des FA non valvulaires dans cette population.
L’approche hybride de l’ablation de la FA persistante et long-standing reste une option mal évaluée. L’étude AMAZE compare l’intérêt d’adjoindre une ligature percutanée de l’auricule gauche à l’aide du dispositif LARIAT à un encerclement antral des veines pulmonaires par cathéter.

La FA post-opératoire en chirurgie cardiaque est une situation fréquente qui complique l’évolution immédiate. Cette arythmie est souvent liée à une irritation péricardite secondaire à la constitution d’un épanchement. L’étude PALACS évalue le bénéfice d’une péricardotomie postérieure gauche per-opératoire sur la stabilité du rythme.

La médecine connectée sera à nouveau à l’honneur. La Fitbit  Heart Study évalue sur une large population de patients la détection de la FA par photo-plethysmographie à l’aide d’une montre ou d’un bracelet connecté. En cas de rythme irrégulier et après une téléconsultation, le diagnostic sera confirmé par un Patch-Holter d’une semaine.

Enfin, l’étude I-STOP-AFib est une étude randomisée qui utilise une méthode statistique originale de type N-of-1 et l’aide d’une application mobile. Cette approche devrait permettre de mieux déterminer la nature des triggers de la FA pour chaque patient donné afin de permettre une meilleure prévention individuelle de l’arythmie.

Bon congrès à tous !

Par le Dr Serge CohenMarseille

Si la pathologie vasculaire est habituellement le parent pauvre des congrès internationaux, il n’en est pas de même de l’édition AHA 2021.

Trois études seront présentées lundi prochain en late-breaking.

La première concerne un inhibiteur du Facteur XI, le Milvexian administré per os chez 12 000 patients de l’étude AXIOMATIC TKR qui doivent bénéficier de la mise en place d’une prothèse totale du genou. Ces patients sont randomisés en deux groupes pendant 6 semaines : Enoxaparine 0,40 et Milvexian 1 cp/j.
Le critère primaire est composite : décès, thrombose veineuse, embolie pulmonaire.
Si cette étude est positive, la prévention en orthopédie majeure se trouvera nettement simplifiée.

La deuxième étude est ancillaire d’ASCEND avec aspirine 100 mg/j vs placebo dans la prévention du déclin cognitif et des démences.
Sans grande surprise, cette étude sera probablement négative.
En effet l’étude ASPREE portant sur la même thématique publiée dans Neurology en 2020 sur quasiment 20 000 patients n’avait montré aucun effet bénéfique de l’aspirine.
Enfin, l’étude REVERSE -IT fait appel à un nouvel anticorps monoclonal, le Bentracimab .
Il sera étudié chez 200 patients sous Ticagrelor présentant une hémorragie majeure ou mettant en jeu le pronostic vital, une intervention chirurgicale ou une procédure urgente. L’anticorps est injecté à la dose de 36 g sur 18 heures.

Nul doute que les résultats seront concluants et ouvriront une nouvelle voie de recherche.

Bon congrès à tous !

Par le Dr Emmanuelle BerthelotParis

Depuis les recommandations européennes dans l’insuffisance cardiaque publiées cette année, les inhibiteurs du co-transporteur du glucose de type II (SGLT2i), sont devenus un traitement de première ligne en association aux autres traitement (indication de classe IA), qu’il y ait un diabète ou pas, chez tous les patients insuffisants cardiaques à FEVG altérée.

L’essai de phase III EMPEROR-Preserved a atteint son critère d’évaluation principal avec empagliflozine et a démontré une réduction significative du risque pour le critère composite de décès cardiovasculaire ou d’hospitalisation pour insuffisance cardiaque chez les adultes atteints d’insuffisance cardiaque avec fraction d’éjection préservée (ICFEP). L’ICFEP a été classée comme « le plus grand besoin non satisfait en médecine cardiovasculaire ». Sous réserve d’approbation attendue prochainement, l’empagliflozine deviendrait le premier et pour l’instant le seul traitement cliniquement prouvé à améliorer les résultats pour l’ensemble des patients atteints d’insuffisance cardiaque, quelle que soit la fraction d’éjection.

Les résultats de EMPULSE, un essai multinational randomisé, comparant l’initiation à l’hôpital de l’empagliflozine (10 mg 1x/j) versus placebo seront présentés. Cet essai vise à évaluer l’efficacité de cette molécule chez des patients admis pour une insuffisance cardiaque aigue avec dyspnée, signes de surcharge et taux élevés de peptides natriurétiques indépendamment de la fraction d’éjection et du statut diabétique. Le critère de jugement principal est le bénéfice clinique à 90 jours, composé d’un composite de décès toutes causes confondues, d’événements d’IC ​​et sur les symptômes. Si l’essai est positif, l’empagliflozine sera potentiellement une nouvelle molécule utile dans le traitement de l’ICA.

Les résultats de CHIEF-HF seront intéressants car ils utilisent un nouveau modèle de réalisation d’un essai clinique décentralisé, centré sur le patient pour une nouvelle indication de la canagliflozine dans l’insuffisance cardiaque chronique stable quel que soit la FEVG. Dans cet essai, une nouvelle méthode d’évaluation basée sur la réponse à des questionnaires de qualité de vie et de symptômes sur smartphone est utilisée pour tester de manière plus rentable l’efficacité du traitement.

L’essai DREAM-HF est une étude de phase 3 évaluant l’efficacité et l’innocuité de l’administration trans-endocardique de cellules mésenchymateuses précurseurs comme immunothérapie chez les patients atteints de IC chronique avancée avec fraction d’éjection réduite. En 2017, le premier essai avait montré des résultats encourageant de cette technique chez des malades en insuffisance cardiaque avancée avec cardiopathie ischémique.  

Par le Dr Pierre SabouretParis

Le congrès de Boston sera l’occasion de voir les résultats de nouveaux venus dans le domaine des dyslipidémies.

En effet, les résultats du premier inhibiteur PCSK9 par voie orale, le MK-0616, seront communiqués : ils portent sur l’efficacité biologique et la tolérance de ce traitement chez des patients dyslipidémiques, avec un programme qui comporte une étude de morbi-mortalité chez des patients en prévention secondaire si les premiers résultats s’avèrent encourageants.

Il faudra également s’intéresser au développement des anticorps monoclonaux qui permettent une inactivation du ANGPTL3. Ces oligonucléotides anti-sens permettent une baisse de plus de 50% du LDL-C mais aussi des triglycérides et devraient donc compléter la panoplie des traitements hypolipémiants, en concurrençant probablement les inhibiteurs des PCSK9. Les effets potentiellement protecteurs de l’Icosapent Ethyl (appelé aussi EPA), qui a démontré une réduction des événements cardiovasculaires dans l’étude JELIS puis dans l’essai randomisée REDUCE_IT, sont évalués dans l’étude PREPARE-IT, dont les résultats seront rapportés à Boston.

Alors que les multivitamines n’ont pas démontré de bénéfices cliniques jusqu’à présent, l’étude COSMOS s’intéresse aux bénéfices cardiovasculaires éventuels sur Cacaco et des multivitamines (Primary Findings From the Cocoa Supplement and Multivitamin Outcomes Study (COSMOS) on the Prevention of Cardiovascular Disease (COSMOS).

Enfin plusieurs communications auront lieu sur l’Acide Bempedoique (BA) qui est un inhibiteur de l’ATP lyase qui diminue de 25% la synthèse de LDL-C au niveau hépatique, alors que cette enzyme n’est pas exprimée au niveau du muscle, ce qui rend ce traitement particulièrement intéressant chez les patients intolérants aux statines, d’autant qu’il peut s’associer à l’ézétimibe et aux iPCSK9. Le programme CLEAR a déjà démontré l’efficacité biologique et la sécurité d’emploi du BA, et l’étude de morbi-mortalité en cours devrait confirmer l’efficacité clinique de ce traitement, déjà disponible aux USA en monothérapie et en association fixe avec l’ézétimibe.

Bon congrès à tous !

Insuffisance cardiaque

GRANDES ÉTUDES
Emperor/Empulse Chief-HF
Interview : Richard Isnard

Chief-HF
Interview : Jean-Claude Dib

LA MINUTE DE PIERRE :
Pierre Sabouret

Panorama d’études.
Les brèves de congrès.
François Diévart et Marc Ferrini

Lire la vidéo

Durée : 9,14 min.

Présentation : Maxime Guenoun

Rythmologie / Cardiologie interventionnelle

4 ÉTUDES À LA UNE
Interview : François Diévart et Nicolas Lellouche

LA MINUTE DE PIERRE :
La double anti-agrégation plaquettaire. 
Pierre Sabouret

Angioplastie vs chirurgie du TCG – résultats.
Julien Rosencher

Etude AVATAR. Bernard Iung

Lire la vidéo

Durée : 9,14 min.

Présentation : Maxime Guenoun

Commentaires : François Diévart et Marc Ferrini

CHIRURGIE CARDIAQUE ET HTA

Grande études :
TRICUSPIDE et PALACS

Interview : Pascal Leprince

LA MINUTE DE PIERRE :
Les nouveaux traitements hypolipémiants
Pierre Sabouret

Commentaires : François Diévart et Marc Ferrini

Lire la vidéo

Durée : 8,30 min.

 

Présentation : Maxime Guenoun

insuffisance cardiaque

Présentation : Maxime Guenoun

Expert : Emmanuelle Berthelot 

Lire la vidéo

Durée : 7,30 min.

Pathologie vasculaire

Présentation : Maxime Guenoun

Expert : Serge Cohen

Lire la vidéo

Durée : 3,34 min.

Cardio-métabolisme

Présentation : Maxime Guenoun

Expert : Pierre Sabouret

Lire la vidéo

Durée : 3,52 min.

Rythmologie

Présentation : Maxime Guenoun

Expert : Franck Halimi

Lire la vidéo

Durée : 5,28 min.

Cardiologie interventionnelle

Présentation : Maxime Guenoun

Expert : François Diévart

Lire la vidéo

Durée : 2,58 min.

Retour haut de page