AHA 2022

Bienvenue
à Chicago

Pierre Sabouret

 

Président du CNCF

 Chers amis, 

La reprise du présentiel dans les congrès se poursuit et l’AHA 2022 Chicago se tiendra bien en physique. 

Dans un programme extrêmement riche et varié, nos experts vont analyser les enjeux pour vous en faire un résumé. Comme d’habitude, de nombreux résultats sont attendus, susceptibles de modifier notre pratique au quotidien. Durant la période du congrès, vous recevrez par email les scoops et les vidéos d’experts que vous retrouvez ici.

Je remercie le laboratoire Bayer, fidèle partenaire institutionnel, qui nous permet de rendre compte des avancées scientifiques dans les grands congrès internationaux. 

A très vite pour suivre toute l’actualité de ce grand congrès. 

Très amicalement,

Avec le soutien institutionnel du laboratoire

Serge Cohen

Marseille

Pathologie vasculaire

Patrick Joly

Marseille

Cardiologie interventionnelle

Pierre Sabouret

Paris

Grandes études

Le point de vue de nos experts

L’essentiel des enjeux et des résultats

Par Théo Pezel Paris
L’imagerie cardiovasculaire multimodale concentre aujourd’hui l’essentiel des innovations en Cardiologie. Au-delà de l’échocardiographie toujours en développement, l’IRM et le scanner cardiaque deviennent année après année, de plus en plus présents, jouant un rôle crucial dans notre pratique quotidienne.

Ainsi, le congrès de l’AHA 2022 de Chicago sera l’occasion de discuter de certaines innovations récentes en imagerie à commencer par la place grandissante de l’IRM cardiaque de stress avec les résultats de certaines études pronostiques guidant la revascularisation coronaire par IRM de stress. Plusieurs sessions seront d’ailleurs consacrées à une technique innovante d’IRM de stress de perfusion quantitative permettant aussi la mesure du degré de maladie microvasculaire, avec certaines données très attendues chez les patients insuffisants cardiaques à FEVG préservée.

Un autre sujet chaud du congrès sera l’amélioration de la stratification du risque de mort subite chez les patients avec disjonction annulaire mitrale. En effet, plusieurs séries seront présentées permettant de mettre en lumière le rôle de l’échocardiographie et de l’IRM cardiaque.

J’ai aussi relevé une autre session d’intérêt qui se propose de discuter des différences de prise en charge de la douleur thoracique à l’aide du coroscanner ou de l’IRM de stress entre les recommandations US et Européennes. En effet, les recommandations US mettent très en avant l’intérêt du coroscanner pour l’identification de l’athérome non obstructif afin de guider l’optimisation du traitement médical ; alors que les européens insistent plus sur les tests d’ischémie non invasifs… quelques résultats observationnels nourriront la discussion qui s’annonce haute en couleurs !

Enfin, le programme de l’AHA présente énormément de travaux et d’études impliquant l’utilisation de l’intelligence artificielle appliquée à l’imagerie. Avec d’une part, l’utilisation du deep learning des images pour une automatisation des mesures en écho, IRM et scanner cardiaque permettant de faire gagner du temps au praticien, mais aussi de réduire le caractère opérateur-dépendant de l’interprétation. Mais également, l’utilisation récente d’algorithmes de machine learning pour la création de score de prédiction d’événements cardiovasculaires très performants intégrant quelques paramètres clés issus de l’imagerie.    

L’innovation reste donc au cœur de ces échanges liés à l’imagerie multimodale qui auront lieu à Chicago !

Par Patrick Khanoyan Marseille

Pour ceux qui avaient le blues des congrès américains présentiels, l’AHA revient à Chicago. On va y découvrir des premières : la première thérapie génique cardiaque, la première étude avec des diurétiques de l‘anse. On trouvera des outils dans le parcours patient, et une mise au point sur les reco américaines 2022

L’étude TRANSFORM-HF (5 novembre – 9h30, HL) c’est une étude comparant deux diurétiques de l’anse avec 2859 patients randomisés torsemide vs. furosémide chez les insuffisants cardiaques hospitalisés ou nouvellement diagnostiqués avec fraction d’éjection à moins de 40 %. Le critère primaire est un critère dur : la mortalité à 12 mois. Les autres critères associent mortalité et hospitalisation pour IC à 30 jours et 12 mois

NTLA-2001 par CRISPR-CAS9, (5 novembre – 15h00, HL) attention du lourd : REVOLUTION, première thérapie génique in vivo chez l’homme. La technique CRISPR est un ciseau moléculaire corrigeant les mutations géniques. C’est un essai de phase 1 dans l’amylose à TTR héréditaire. Déjà testé dans la TTR à polyneuropathie on connaît sa capacité à baisser drastiquement les taux sériques de TTR.

COACH (5 novembre – 15h23, HL), étude de parcours de soins avec 5462 patients admis aux urgences pour insuffisance cardiaque aiguë soumis à un algorithme d’évaluation du risque (the EHMRG30-ST risk score) permettant une sortie rapide des urgences et/ou de l’hôpital avec un suivi en clinique de soins ambulatoires (RAPID-HF). Le critère primaire est le décès et l’hospitalisation cardio-vasculaire à 30 jours, et secondaire à 20 mois.

PRO-HF (5 novembre – 15h26, HL) 1200 patients dans un essai ouvert utilisant un questionnaire de qualité de vie afin de déterminer si ce dernier impacte les décisions thérapeutiques et la précocité de leur mise en œuvre.

IRONMAN (5 novembre – 15h39, HL) perfusion de fer (ferric derisomaltose) chez 1160 patients randomisés en ouvert avec FE < à 45 % NYHA > 2 et carence martiale (CST<20% et/ou ferritine < 100), récemment hospitalisés de 0 à 6 mois. Évaluation du décès cardio-vasculaire et des hospitalisations pour insuffisance cardiaque. Cela devrait conforter l’étude AFFIRM AHF.

BREXIT  (7 novembre – 8h24, HL) devrait souligner l’intérêt de l’exercice physique pour prévenir la dysfonction cardiaque sous anthracyclines et anti-HER2,

Et STRONG-HF  (7 novembre – 8h40, HL) où Alexandre MEBAZAA devait initialement enrôler 1800 patients randomisés en soins intensifs pour une poussée d’insuffisance cardiaque et comparer une titration rapide des traitements et l’usage répété de biomarqueurs versus des soins habituels. L’étude a été interrompue après l’analyse favorable des 1000 premiers patients sur les critères d’évaluation : réadmission et décès à plus de 90 jours au lieu de 180.

Enfin je vous encourage à regarder la session de mise au point des thérapeutiques sur la mise à jour des recommandations ACC AHA HFSA 2022 7 novembre – 9h30, HL)

Bon congrès à Windy City !

Par Nicolas Lellouche Créteil

Cher(e)s collègues et ami(e)s,

Le prochain congrès de l’AHA aura lieu ente le 5 et 7 novembre prochain à Chicago. Ce grand congrès international promet de nombreuses mises au point sur l’actualité en rythmologie mais aussi de nouvelles études très prometteuses.

Les thèmes abordés dans les sessions dédiées à la rythmologie reprennent les sujets qui animent actuellement la rythmologie.

– Le développement des techniques invasives en rythmologie : ablation des troubles du rythme complexes : FA et TV. L’évolution actuelle de ce type d’ablation est marquée par des avancées technologiques spectaculaires qui permettent d’améliorer la détection des zones pathologiques à ablater, pour réduire les durées de procédure, le risque de complications et augmenter le taux de succès. Plusieurs sessions sur la fermeture de l’auricule gauche permettront également de faire un point sur l’indication de cette procédure et ses effets comparatifs par rapport aux AOD à long terme.

Enfin un sujet en fort développement est l’utilisation d’objets connectés pour le diagnostic des arythmies et particulièrement de la FA. Ces données posent aussi la question du Big Data et de l’utilisation de l’intelligence artificielle pour le traitement de toutes ces données, qui peuvent ou pourront nous submerger. Ce problème se pose aussi dans le cadre du télé-suivi de nos prothèses cardiaques, dont le développement actuel est exponentiel.

J’ai choisi trois études en Late-Breaking Trial dont les résultats seront particulièrement attendus :

– L’étude Rapid Study évaluant l’etripamil, un inhibiteur calcique administré par voie intranasale pour arrêter les crises de tachycardie jonctionnelle. Cette étude fait suite à l’étude NODE-301 qui a évalué l’etripamil à 70 mg pour l’arrêt de ces crises. Cette étude s’est révélée négative et l’étude Rapid va évaluer à un nouveau dosage à 70 mg administré 2 fois à 10 minutes d’intervalle.

The progressive-AF study, qui a évalué l’intérêt d’un traitement précoce de la FA sur l’évolutivité de la FA. Ce sujet est d’actualité car avec le développement des techniques d’ablation de FA, un traitement précoce par ablation pourrait avoir un bénéfice à long terme sur l’évolutivité de la la maladie FA et améliorer nos patients.

– Enfin l’étude NOVA a évalué l’intérêt de la toxine botulinique injectée dans la graisse épicardique au cours d’une chirurgie cardiaque pour prévenir la survenue de la FA post-opératoire.

La rythmologie est une spécialité en évolution permanente. L’alliance du soin médical, des études cliniques et des avancées technologiques nous permettent aujourd’hui de mieux traiter nos patients souffrant t d’arythmie cardiaque mais aussi d’envisager de nouveaux progrès considérables dans les années à venir.  

Je vous souhaite un excellent congrès !

Par Patrick Joly Marseille

Cher(e)s collègues et ami(e)s,

L’AHA n’a pas la vocation à évaluer les techniques interventionnelles. Mais ces procédures sont pratiquées chez des patients nécessitant un environnement pharmacologique souvent individualisé. L’évolution des techniques et des médicaments fait que nous devons adapter nos traitements afin de ne pas faire saigner des patients qui ne demandent qu’à thromboser !

Dans cette cuvée 2022, l’AHA nous propose donc plusieurs pistes intéressantes :

  • Dans l’étude OPTION, l’indobufen sera comparé à l’aspirine après la pose d’un stent actif. Après la colchicine, un nouveau concurrent de l’aspirine est testé, un espérant qu’il fera moins saigner, avec le même taux faible de ré occlusion ! Pari osé !
  • L’étude TWILIGHT veut savoir si on peut se passer d’aspirine, lorsque l’on prescrit du ticagrelor après la pose d’un stent actif. Les évènements cardiaques et hémorragiques seront observés à la loupe. L’arrière-pensée étant, l’aspirine (en association) fait plus saigner, qu’il ne protège ! A découvrir !

Une fois le traitement installé après la pose d’un stent, combien de temps doit-on le garder ? La littérature est abondante, changeante. L’étude HOST EXAM va analyser les effets à long terme de l’aspirine plus ou moins associé au clopidogrel après une angioplastie avec stent. Faut-il dépasser un an ? On attend les réponses.

L’étude AFTER EIGHTY pose une question difficile : faut-il revasculariser les patients de plus de 80 ans porteurs d’un SCA ST- ? La comparaison du traitement médical optimal avec la revascularisation, va dans la droite ligne de COURAGE et d’ISCHEMIA. Perte de chance ou prise de risque ? A suivre !

L’étude STOP propose chez le diabétique le semaglutide dans le traitement médical optimal pour freiner la profession des lésions coronaires chez ce type de patient. Ce traitement, voire la classe, va-t-il répondre à cette question, graal de l’industrie pharmaceutique ?

Plus pragmatiques, les interventionnels, face aux questions posées par COURAGE et ISCHEMIA, recherchent la technique fiable pour détecter la plaque « molle ou active », à risque de rupture dans l’angor stable. Ceci pour éviter des morts subites ! Les évolutions notables du scanner coronaire nous donneront peut-être une réponse à l’AHA 2023.

Bon congrès à tous !

Rythmologie

Présentation : Maxime Guenoun

Discussion : Nicolas Lellouche

Durée : 7,19 mn

Insuffisance cardiaque

Présentation : Maxime Guenoun

Discussion : Patrick Khanoyan

Durée : 4,01 mn

Imagerie cardiovasculaire

Présentation : Maxime Guenoun

Discussion : Théo Pezel

Durée : 7,35 mn

Cardiologie interventionnelle

Présentation : Maxime Guenoun

Discussion : Patrick Joly

Durée : 8,33 mn

Les grandes études

Présentation : Maxime Guenoun

Discussion : Pierre Sabouret

Durée : 4,14 mn

L’étude CRISPR
François Diévart (Dunkerque)

L’étude PROMINENT
Jean-Charles Fruchart (Lille)

LA MINUTE DE PIERRE
Pierre Sabouret (Paris)

Les résultats IRONMAN
Patrick Khanoyan (Marseille)

Le speed data J1de l’AHA
François Diévart

Durée : 8,40 mn

L’étude RAPCO
Marc Ruel (Ottawa)

L’étude CTS-AMI
Tabassome Simon (Paris)

L’étude QUARTET-USA
Nicolas Danchin (Paris)

LA MINUTE DE PIERRE
Pierre Sabouret (Paris)

Le speed data J2 de l’AHA
François Diévart (Dunkerque)

Durée : 9,14 mn

L’étude STRONG-HF
Alexandre Mebazaa (Paris)

L’étude EMPA-KIDNEY
François Diévart (Dunkerque)

L’étude ISCHEMIA EXTEND
Gabriel Steg (Paris)

La cardiologie de demain
Théo Pezel (Paris)

LA MINUTE DE PIERRE
Pierre Sabouret (Paris)

Le speed data J3 de l’AHA
François Diévart- Théo Pezel

Durée : 12,36 mn

Avec le soutien institutionnel du laboratoire

Notre prochain congrès

Les Ateliers d’Imagerie du CNCF

Retour haut de page