Nos experts

Avec le soutien institutionnel du laboratoire

Le point de vue de nos experts

L’essentiel des enjeux

 Par Victor Aboyans – Limoges

Après un été caniculaire, place à l’ESC et ses hotlines, hot sessions et hot topics !

L’ESC 2022 est un bon millésime pour tous ceux qui veulent en savoir plus sur les maladies vasculaires.

Du côté veineux, la maladie thromboembolique est abordée sur plusieurs aspects dans des sessions prometteuses, notamment sur la stratification du risque lors d’une EP, la place du traitement interventionnel dans la prise en charge en aigu, et bien sûr le suivi à moyen et long cours de ces patients. Nul doute que dans les nouvelles recommandations ESC/ERS sur l’hypertension pulmonaire présentées cette année, une place importante sera donnée à l’HTP post-embolique.

De toutes les études, celle qui pourra probablement avoir l’impact le plus important dans le dépistage des maladies cardiovasculaires est l’étude DANCAVAS (Hot line session 2) : il s’agit d’une grande étude randomisée au Danemark cherchant à prouver l’importance du dépistage vasculaire dans l’amélioration du pronostic en population générale. Elle prolonge l’étude VIVA présentée il y a quelques années, mais cette nouvelle étude est renforcée par l’intégration de l’estimation du score calcique coronaire associée au dépistage vasculaire (anévrysme aortique, IPS, HTA). Si cette étude est positive, c’est toute notre stratégie de dépistage en pratique courante qui sera à revoir…

Dans le domaine de l’AVC, de très nombreuses sessions d’études s’intéressent à la prévention cardioembolique, mais nous attendrons aussi avec grand intérêt la présentation de l’essai en phase 2, PACIFIC-STROKE sur un anti XIa, l’asundexian, dans l’AVC non-cardioembolique (hotline session 5). Toujours dans le domaine de l’AVC, une belle session se consacrera à la prise en charge de la sténose carotidienne asymptomatique, à la lumière des résultats de l’essai ACST-2.

L’aorte sera abordée dans plusieurs sessions autour de la dissection aortique, mais soulignons, ce n’est pas tous les jours, la présentation en hotline (session 9) d’un essai sur les bêtabloquants et les ARA-2 dans la maladie de Marfan.

Dans la maladie artérielle périphérique, un grand cocorico à nos confrères parisiens présentant une étude spécifique sur la Lp(a) et le risque d’événements de membres, et une autre sur le recours aux ultrasons pour l’évaluation de l’activité inflammatoire dans la maladie de Takayashu.

Du vasculaire de haute-volée !

 Par Jennifer Cautela  – Marseille

L’ESC 2022 est une étape très attendue dans l’histoire de la cardio-oncologie. Après le position paper de l’ESC 2016, ce congrès révèlera (enfin !) les nouvelles guidelines en cardio-oncologie.

Si six années peuvent déjà paraître longues en médecine, en cardio-onco, c’est une éternité ! En effet, depuis 2016, de nombreuses thérapeutiques ont vu le jour, sont actuellement largement utilisées mais ne sont pas du tout abordées dans le position paper de 2016, ce qui nous pose beaucoup de problèmes de prise en charge. En particulier, on citera les immunothérapies anticancéreuses ou inhibiteurs des points de contrôle immunitaires, avec le risque de myocardite immunomédiée, rare mais potentiellement mortelle, pour laquelle on n’a pas encore de recommandations sur la prise en charge ou même le diagnostic. De nombreuses autres thérapies ciblées devraient être abordées, comme par exemple les nouveaux antiangiogéniques puissants et le problème de la gestion d’une HTA parfois sévère, l’ibrutinib et son risque de fibrillation atriale, les anti-BRAF / anti MEK et leur risque de dysfonction systolique VG… La communauté de cardio-oncologie attend donc avec impatience ces guidelines qui pourront nous aider dans notre pratique quotidienne, en résolvant également des questionnements courants et anciens : comment suivre les patients sous anthracyclines ? sous trastuzumab ? quelle prise en charge des toxicités, comme la dysfonction systolique VG ? Autant de questions qui, nous l’espérons, seront résolues dans la présentation de ces guidelines le 27 août à 11h15 salle Barcelona, soyez-y !

Et si cette année, aucune grande étude n’est particulièrement attendue, l’ESC 2022 nous promet malgré tout de belles sessions de cardio-oncologie : comment suivre les survivants d’un cancer, de plus en plus nombreux et donc un sujet à connaître (28 août à 11h15 salle Birmingham),  une overview de toutes les publications à connaitre en cardio-oncologie dans l’European Heart Journal 2022 présentée par le Pr Alexandre Lyon, un expert dans le domaine (26 août à 14h00, salle Picasso) ou encore de nombreuses sessions e-posters, toutes plus intéressantes les unes que les autres, comme celle sur la place de l’échocardiographie en cardio-oncologie (28 août à 12h15, station 1).

Enfin, on retiendra tout de même la présentation d’une belle étude dans la session Late Breaking Science du 27 août à 16h30 (salle Picasso) : Cardiac CARE – A randomised trial of troponin-guided neurohormonal blockade for the prevention of anthracycline cardiotoxicity, un sujet ciblant une préoccupation quotidienne dans nos consultations de cardio-oncologie.

Donc, cette année, l’ESC 2022 va peut-être changer le cours de notre pratique en cardio-oncologie et enfin donner le statut de guidelines à des prises en charge consensualisées ! Ne ratez pas ces Hot sessions !

 Par Julien Dreyfus – Paris

Nous n’aurons pas de nouvelle recommandation dans ce domaine après 2021. Mais des Hot lines à suivre !

EchoNet-RCT – Safety and Efficacy Study of AI LVEF.

Etude randomisée 1:1 qui compare la mesure de la FEVG faite par un sonographeur et par l’intelligence artificielle, la référence étant le cardiologue.

Latest science.

Plusieurs sessions avec des études en échocardiographie et en IRM sur l’apport de l’intelligence artificielle pour faciliter et standardiser les mesures, par exemple pour des opérateurs peu expérimentés, ainsi que pour prédire le devenir des patients.

Machine-learning score using stress CMR for death prediction in patients with suspected or known CAD

ENVISAGE-TAVI AF predictors of all cause Mortality.

Etude randomisée contrôlée 1:1 qui compare edoxaban vs AVK après TAVI chez des patients ayant une indication d’anticoagulation pour de la fibrillation atriale.

Efficacy of simulation-based training on transœsophageal echocardiography learning in a multicentre randomised controlled trial: SIMULATOR study.

Etude randomisée contrôlée 1:1 qui compare l’apport d’un entraînement sur mannequin de simulation d’ETO vs l’apprentissage traditionnel pour améliorer les connaissances et les compétences dans la pratique de cet examen par des internes en cardiologie. Il s’agit d’une étude multicentrique Française !

Bon congrès à tous !

 Par Eloi Marijon – Paris

En 2022, les ventricules prennent le dessus sur les oreillettes !!

Le versant rythmologique de l’ESC sera en effet dominé cette année par la sortie des nouvelles recommandations sur la mort subite et arythmies ventriculaires, les dernières remontant à 2015 (26 août, 8h30, salle Barcelona) ; les différents aspects seront détaillés un peu plus tard dans la matinée (26 août, 11h15, salle Barcelona). Les challenges les plus significatifs concernant la mort subite seront développés dans une session assez originale, organisée par le Lancet (29 août, 14h00, Dali).

La France sera bien représentée lors des hotlines/late-Breaking Science avec la présentation du registre ESCAPE-NET sur la mort subite de la femme pendant le sport (centre d’expertise mort subite de Paris, Orianne Weizmann) et les premiers résultats de la cohorte française HONEST des porteurs de défibrillateurs sous-cutanés par le David Perrot (28 août, 14h00, Picasso). Une sous-analyse de l’étude PREATORIAN (1er essai contrôlé randomisé comparant le défibrillateur traditionnel transveineux au défibrillateur sous-cutané), ainsi que les derniers résultats du défibrillateur extravasculaire (sonde rétrosternale) seront présentés à la même session.

Les dernières analyses du consortium PROFID concernant un score de risque de mort subite chez les coronariens à FEVG modérément altérée, guidé par l’intelligence artificielle, seront présentés par Gerhard Hindricks (29 août, 11h15, Picasso).

Mais la fibrillation atriale reste d’actualité. Les dernières sous-analyses des essais LOOP (patients ≥ 70 ans à risque de développer de la FA, comparaison moniteur sous cutané vs suivi habituel, en termes d’événements thromboemboliques) et EAST-AFNET (comparaison prise en charge précoce d’une FA par une stratégie de contrôle du rythme vs stratégie de contrôle de la fréquence) seront présentées en LBT (29 août, 14h00, Paris).

Par ailleurs, les données du vaste registre international de « vraie vie », GLORIA-AF, de patients sous AOD seront discutés (29 août, 11h15, Picasso), ainsi que les résultats de l’essai contrôlé randomisé INVICTUS (rivaroxaban vs AVK dans la fibrillation atriale associée à une valvulopathie rhumatismale) (28 août, 8h30, Barcelona).

Enfin, l’étude CAPLA, comparant les stratégies ablatives dans la FA persistante (isolation mur postérieur en plus de l’isolation des veines pulmonaires), sera présentée par l’équipe de Melbourne (26 août, 16h30, Dali). Bref, je ne sais pas vous, mais tout cela me met déjà l’eau à la bouche !!

Bon été d’ici là.

 Par Anne-Céline Martin – Paris

L’ESC 2022 fera date dans l’histoire de la médecine périopératoire. Qui n’a pas été sollicité pour un bilan cardiologique avant chirurgie programmée ou une élévation de troponine en postopératoire ?

L’ESC présentera cette année sa nouvelle édition tant attendue des recommandations sur L’évaluation cardiovasculaire et la prise en charge des patients avant chirurgie non-cardiaque (Hotline, 29 août, 11h15). Huit années en effet se sont écoulées depuis la dernière mouture de 2014, huit années pendant lesquelles la recherche a avancé, les données se sont consolidées.

Quelle sera la position de l’ESC sur la place du dosage des biomarqueurs en pré-opératoire pour stratifier le risque d’événements cardiovasculaires postopératoires ? Quelle sera la place des tests fonctionnels et du score calcique pour identifier les patients à haut risque ? Faudra-t-il systématiquement doser la troponine en post-opératoire pour dépister les MINS (myocardial injury after noncardiac surgery) ? Ces MINS sont-elles l’expression de l’athérosclérose, de la thrombose, d’une dysfonction endothéliale ? Pourrons-nous ignorer ces MINS ou devrons-nous les traiter, les bilanter, les suivre ?

Autant de questions dont les réponses très attendues risquent de modifier profondément nos pratiques et bouleverser l’organisation des parcours de soins en incitant à la structuration de filières pluridisciplinaires de médecine périopératoire. Peu de sessions sont consacrées au périopératoire, alors ne manquez pas l’incontournable rendez-vous Meet the task force (29 août, 16h30) et les deux travaux originaux sur les MINS présentés sous forme de e-posters (26 août, 10h15).

La prévention cardiovasculaire est comme toujours un sujet d’actualité ! Un des temps fort sera sans doute la présentation en Hotline de deux grands essais cliniques : DANCAVAS (27 août, 11h00) sur le bénéfice potentiel d’une stratégie globale de dépistage incluant le score calcique pour identifier les patients à haut risque cardiovasculaire et améliorer le pronostic, et SECURE (26 août, 14h00) sur le bénéfice d’une polypill 3 en 1 pour réduire les événements cardiovasculaires chez les patients > 65 ans après un infarctus du myocarde.

Ne manquez pas non plus les sessions d’experts avec le consensus de la société européenne d’athérosclérose sur la place de la Lp(a) dans l’évaluation du risque cardiovasculaire, les controverses sur les indications du score calcique pour stratifier le risque (29 août, 11h15) et les débats mouvementés (ou non !) sur la place de l’aspirine (ou non !) en 2022 (26 août, 14h00). Et puis faites un tour aux sessions pratiques « Comment prendre en charge les patients avec un LDL cholestérol élevé » (26 août, 8h30) ou « Ce que le cardiologue doit savoir sur les traitements hypoglycémiants après un infarctus du myocarde » (26 août, 16h30), c’est toujours utile !

Bon congrès à toutes et tous !

 Par Nicolas Meneveau Besançon

Le congrès de l’ESC 2022 qui se tiendra à la fin de l’été à Barcelone devrait nous offrir la présentation des résultats de quelques études attendues dans le domaine de la cardiologie interventionnelle.

Seront notamment présentés en hot-lines les résultats de l’étude REVIVED-BCIS2 qui a évalué la revascularisation percutanée chez les patients avec dysfonction ventriculaire gauche ischémique. Il s’agit d’une étude randomisée dont l’objectif est d’évaluer si l’angioplastie comparée à un traitement médical optimal permet de réduire la mortalité globale et les hospitalisations pour décompensation cardiaque chez des patients avec cardiopathie ischémique sévère.

Après la publication l’an dernier de FLOWER-MI, l’étude FRAME-AMI devrait nous permettre de conclure sur la place définitive de la FFR dans la revascularisation du patient pluritronculaire en post infarctus (ST+ et ST-). L’objectif de l’étude est de comparer une stratégie de revascularisation guidée par FFR à une stratégie guidée par angiographie seule dans le traitement des lésions non responsables de l’infarctus, en terme d’évènements cardiovasculaires (décès, infarctus, revascularisation).

Toujours en sessions Hot Lines seront présentés les résultats à 5 ans d’ISCHEMIA-CKD Extent et ceux à 15 mois de l’étude MASTER-DAPT qui s’était focalisée sur une DAPT courte après implantation d’un stent Ultimaster. Une méta-analyse sur données individuelles, l’étude PANTHER, permettra de faire le point sur l’intérêt d’une monothérapie au long cours par inhibiteurs des P2Y12 comparés à l’aspirine chez des patients avec cardiopathie ischémique stable.

De nombreuses sessions seront consacrées à la prise en charge percutanée des valvulopathies.

Alain Cribier sera naturellement à l’honneur pour fêter les 20 ans du TAVI (27 août, 8h30, salle Picasso), alors que d’autres sessions se projetteront sur l’avenir, en particulier sur la prise en charge par TAVI des rétrécissements aortiques serrés asymptomatiques, des bicuspidies ou des fuites aortiques isolées (26 août, 8h30, Miro, 27 août, 8h30, salle Picasso, et 26 août, 14h00, Global stage). L’avènement du traitement percutané des valvulopathies mitrales et tricuspidiennes donnera lieu à de nombreuses séances dédiées. Y seront abordés les corrections de fuites, les remplacements valvulaires percutanés, la chirurgie mlni-invasive (26 août, 11h15, Amsterdam, 13h15 ; Station 9, 14h00 ; Amsterdam, 29 août, 14h00,Global Stage).

Au rang des nouveautés encore, une session sera entièrement dédiée à la seconde vie de la dénervation rénale, avec en particulier la présentation du document de consensus émis récemment par l’ESC (27 août, 8h30, Birmingham). L’angioplastie des lésions du tronc commun, l’évaluation non invasive du retentissement fonctionnel des lésions coronaires, les études de microcirculation coronaire feront également l’objet de différentes sessions au même titre que les résultats de l’étude iLITRO-EPIC07 portant sur l’évaluation par iFR des lésions du tronc commun et qui seront présentés le premier jour du congrès.

A défaut de présenter un grand nombre d’études randomisées, de nombreux thèmes seront abordés lors de ce congrès annuel de l’ESC, témoignant de l’élargissement des indications de la cardiologie interventionnelle dans notre pratique clinique quotidienne.

 Par François Roubille – Montpellier

Le prochain congrès de l’ESC va consacrer de nombreuses sessions à l’insuffisance cardiaque, avec des sessions pratiques consacrées aux recommandations de 2021, des sessions consacrées aux situations particulières comme la revascularisation, des groupes de patients (plusieurs sessions consacrées aux femmes, comme par exemple London, 26 août, 8h30).

Les hotlines accordent un bon tiers de communications autours de l’insuffisance cardiaque. Dès le vendredi, l’étude PERSPECTIVE va présenter l’impact du sacubitril-valsartan sur les performances cognitives chez les patients avec FE modérément réduite ou préservée (Hot line 1, Barcelona, 26 août, 14h40). Le samedi, on aura peut-être enfin une étude positive dans l’IC aiguë avec l’acetazolamide, avec l’étude ADVOR (Barcelona 27 août, 9h00) : un peu plus de 500 patients étaient prévus, pour tester l’hypothèse d’une décongestion rapide par cette approche.

Un temps fort sera la présentation de l’étude DELIVER sur la dapagliflozine chez les patients présentant une IC à FE préservée ou modérément réduite (Barcelona 27 août, 16h00). De deux choses l’une : soit les résultats sont concordants avec ceux de l’empagliflozine, ce qui confortera la classe des iSGLT2 comme un traitement de première intention chez tous les patients (quelle que soit la forme, et sans doute la présentation initiale), soit c’est discordant et il faudra analyser dans le détail toutes les données.

Dans la foulée, ce travail sera fait à travers la méta-analyse qui est prévue des deux études DELIVER et EMPEROR-preserved. Il y aura d’ailleurs des débats en parallèle qui prendront en compte ces résultats, avec par exemple une controverse sur « faut-il prendre en compte la FE pour traiter les patients ? »  (Miro, 28 août, 14h00).

Des sessions pratiques répondront aux questions pratiques, comme « Quand demander un bilan génétique ? » (London, 26/08, 11h15), prise en compte des comorbidités, ou encore de quoi sera fait l’avenir ? (Global Stage, 26/08, 16h30), sans oublier des sessions plus physiopathologiques et fondamentales.

Le domaine de l’IC étant par définition transversal, on mentionnera également les sessions plus exotiques comme celles consacrées à l’intelligence artificielle dont les premières applications sont bien sûr vers l’imagerie mais soulèvent de nombreux problèmes dont éthiques (Gaudi, 26 août, 8h30). Enfin, des sessions plus techniques couvriront tous les champs de la discipline, jusqu’à la prise en charge de l’IC avancée, avec l’assistance et la transplantation, sans oublier les soins palliatifs (Global Stage, 26 août, 11h15).

Bon congrès à tous !

 Par Pierre Sabouret – Paris

Le congrès de l’ESC sera l’occasion de nous retrouver en présentiel pour voir les résultats de nombreuses études, dont certaines ont retenu plus particulièrement mon attention.

L’intérêt d’une stratégie en prévention secondaire est évalué par l’étude SECURE et sera rapporté par Valentin Fuster dès le samedi 26 août.

L’étude DANCAVAS, menée par A. Diederichsen, rapportera les résultats d’un screening et d’une intervention précoce de prévention cardiovasculaire au sein de la population danoise lors des hotlines II le dimanche matin.

L’étude REVIVED apportera des informations précieuses sur l’intérêt d’une revascularisation coronaire dans le cadre de la cardiopathie ischémique avec dysfonction ventriculaire gauche lors des hotlines III.

Les hotlines IV seront l’un des moments forts du congrès car consacrées aux résultats très attendus de DELIVER présentés par S. Solomon et des méta-analyses incluant EMPEROR-HF et DAPA HF.

L’étude INVICTUS comparant le Rivaroxaban aux AVK est également attendue, suivie des présentations sur les inhibiteurs du facteur XIa dans le cadre du post infarctus et du post AVC (PACIFIC AMI et PACIFIC STROKE) aux hotlines V.

L’étude FRAME AMI enterrera-t-elle la FFR à la phase aiguë de l’infarctus ? A voir lors des hotlines VII.

Enfin les données au long cours de FOURIER sur la sécurité d’emploi des PCSK9i seront présentées en hotlines VIII avec plusieurs centres investigateurs français.

Un très beau congrès en perspective en attendant le congrès du CNCF à Strasbourg en octobre.

Revascularisation coronarienne - diabete - nouvelles recommandations dans les arythmies ventriculaires

Lire la vidéo

Etude REVIVED 
Gilles Montalescot

Essai SECURE – Etude TIME
Atul Pathak

Etude ADDICTO-USIC
Théo Pezel

La minute de Pierre

Zoom sur
Eloi Marijon

Durée : 9,29 min.

Présentation :
Maxime Guenoun

insuffisance cardiaque et thrombose

Lire la vidéo

Etude DELIVER
Denis Angoulvant

Essai ADVOR Alexandre Mebazaa
Etude PACIFC-MI et PACIFC-STROKE Jean-Philippe Collet
La minute de Pierre
Zoom sur les recos Anne-Céline Martin avec François Diévart et Marc Ferrini

Durée : 10,00 min.

Présentation :
Maxime Guenoun

Dépistage de la FA - voie radiale ou fémorale - cardio-oncologie

Lire la vidéo

Durée : 11,48 min.
Présentation : Maxime Guenoun

Etude AFTER
Franck Halimi
eBRAVE-AF
Jean-Calude Deharo
Etude All-Heart
François Roubille
La finérénone diminue la mortalité totale des patients sous traitement
François Diévart
Voie radiale ou voie fémorale, une metaanalyse de 40 000 patients
Guillaume Bonnet
La minute de Pierre

Zoom sur… les recos – onco-oncologie
Jennifer Cautela

Les valvulopathies

Interview : Julien Dreyfus

Lire la vidéo

Durée : 6,42 min.

Présentation : Maxime Guenoun

Cardiologie interventionnelle

Interview : Nicolas Meneveau

Lire la vidéo

Durée : 8, 52 min.

Présentation : Maxime Guenoun

Les grandes études

Interview : Pierre Sabouret

Lire la vidéo

Durée : 4,08 min.

Présentation : Maxime Guenoun

Rythmologie

Interview : Eloi Marijon
Lire la vidéo

Durée : 6,44 min.

Présentation : Maxime Guenoun

Cardio-oncologie

Interview : Jennifer Cautela
Lire la vidéo

Durée : 6,02 min.

Présentation : Maxime Guenoun

Pathologie vasculaire

Interview : Victor Aboyans
Lire la vidéo

Durée : 6,31 min.

Présentation : Maxime Guenoun

Gestion périopératoire des patients à risque

Interview : Anne-Céline Martin
Lire la vidéo

Durée : 5,18 min.

Présentation : Maxime Guenoun

Insuffisance cardiaque

Interview : François Roubille
Lire la vidéo

Durée : 3,44 min.

Présentation : Maxime Guenoun

Notre prochain congrès

du 20 au 22 octobre 2022

Strasbourg

Retour haut de page