Le point de vue de nos experts

Avec le soutien institutionnel du laboratoire

Une myriade de présentations et sessions en pathologie vasculaire

aboyans_250x250

Victor Aboyans  (Limoges)

Après un été caniculaire, place à l’ESC et ses hotlines, hot sessions et hot topics !

L’ESC 2022 est un bon millésime pour tous ceux qui veulent en savoir plus sur les maladies vasculaires.

Du côté veineux, la maladie thromboembolique est abordée sur plusieurs aspects dans des sessions prometteuses, notamment sur la stratification du risque lors d’une EP, la place du traitement interventionnel dans la prise en charge en aigu, et bien sûr le suivi à moyen et long cours de ces patients. Nul doute que dans les nouvelles recommandations ESC/ERS sur l’hypertension pulmonaire présentées cette année, une place importante sera donnée à l’HTP post-embolique.

De toutes les études, celle qui pourra probablement avoir l’impact le plus important dans le dépistage des maladies cardiovasculaires est l’étude DANCAVAS (Hot line session 2) : il s’agit d’une grande étude randomisée au Danemark cherchant à prouver l’importance du dépistage vasculaire dans l’amélioration du pronostic en population générale. Elle prolonge l’étude VIVA présentée il y a quelques années, mais cette nouvelle étude est renforcée par l’intégration de l’estimation du score calcique coronaire associée au dépistage vasculaire (anévrysme aortique, IPS, HTA). Si cette étude est positive, c’est toute notre stratégie de dépistage en pratique courante qui sera à revoir…

Dans le domaine de l’AVC, de très nombreuses sessions d’études s’intéressent à la prévention cardioembolique, mais nous attendrons aussi avec grand intérêt la présentation de l’essai en phase 2, PACIFIC-STROKE sur un anti XIa, l’asundexian, dans l’AVC non-cardioembolique (hotline session 5). Toujours dans le domaine de l’AVC, une belle session se consacrera à la prise en charge de la sténose carotidienne asymptomatique, à la lumière des résultats de l’essai ACST-2.

L’aorte sera abordée dans plusieurs sessions autour de la dissection aortique, mais soulignons, ce n’est pas tous les jours, la présentation en hotline (session 9) d’un essai sur les bêtabloquants et les ARA-2 dans la maladie de Marfan.

Dans la maladie artérielle périphérique, un grand cocorico à nos confrères parisiens présentant une étude spécifique sur la Lp(a) et le risque d’événements de membres, et une autre sur le recours aux ultrasons pour l’évaluation de l’activité inflammatoire dans la maladie de Takayashu.

Du vasculaire de haute-volée !

Notre prochain congrès

du 20 au 22 octobre 2022

Strasbourg

Retour haut de page