Deux patients européens réinfectés par le coronavirus

Medscape – Confirmation a été donnée que deux patients européens ont été ré-infectés par le coronavirus, ce qui soulève des inquiétudes sur les questions d’immunité de la population vis-à-vis du virus alors que le monde se bat contre la pandémie.

Ces cas, survenus en Belgique et aux Pays-Bas, font suite à un précédent cas publié cette semaine par des chercheurs de Hong-Kong à propos d’un homme qui a été ré-infecté par une souche différente du virus quatre mois et demi après avoir été déclaré guéri – soit la première ré-infection à être documentée.

De telles observations alimentent la crainte quant à l’efficacité d’un potentiel vaccin contre ce virus qui a déjà fait des centaines de milliers de morts, bien que les experts disent qu’il faudrait de nombreux autres cas de ré-infection pour que cette inquiétude soit vraiment justifiée.

Le virologue belge Marc Van Ranst a affirmé que le cas belge concernait une femme qui avait contracté le Covid-19 pour la première fois en mars avant d’être réinfectée par une souche différente en juin. D’autres cas de ré-infection pourraient se présenter, dit-il.

D’autres cas devraient survenir

Marc Van Ranst a ainsi expliqué à Reuters que la femme d’une cinquantaine d’années avait produit très peu d’anticorps après la première infection, ce qui avait néanmoins permis de limiter l’ampleur de la maladie. Les cas de ré-infection sont probablement des exceptions qui resteront en nombre limité, a-t-il affirmé, même s’il est encore trop tôt pour dire. Et la plupart devrait survenir dans les jours qui viennent. Il a ajouté que ce nouveau coronavirus semble être plus stable que le virus de la grippe, mais qu’il avait changé.

« Les virus mutent et cela veut dire qu’un vaccin potentiel ne serait probablement pas efficace sur du long terme, par exemple 10 ans, peut-être pas même 5 ans. Comme pour la grippe, il faudra surement le remettre au point assez régulièrement » affirme-t-il.

Marc Van Ranst, qui participe à des conseils scientifiques sur le Covid-19, considère que les chercheurs sur le vaccin ne seront pas surpris.

« Nous aurions adoré que le vaccin soit plus stable qu’il ne l’est, mais vous ne pouvez pas forcer la nature » dit-il.

Selon le virologue, pour des cas, comme celui de la femme belge avec des symptômes relativement légers, le corps n’a peut-être pas créé assez d’anticorps pour prévenir la ré-infection, tout en ayant pu modérer l’intensité de la maladie ».

Tests génétiques

L’Institut national de santé publique aux Pays-Bas a, lui aussi, mentionné à un cas hollandais de ré-infection.

La virologue Marion Koopmans a évoqué un patient âgé avec un système immunitaire affaibli.

Elle a affirmé que les cas où les personnes étaient restées malades longtemps avec le virus, avant qu’ils ne refassent une poussée, étaient mieux connus.

Mais une réelle ré-infection comme les cas belge, hollandais et hong-kongais nécessite un examen génétique du virus au cours de la première et de la deuxième infection pour savoir si les deux virus diffèrent légèrement.

Pour Marion Koopmans, conseillère auprès du gouvernement hollandais, des ré-infections sont à prévoir.

« Qu’une ré-infection apparaisse chez quelqu’un ne m’inquiète pas, dit-elle. Il faudra voir si cela se produit souvent. »

La porte-parole de l’OMS, Margaret Harris, a fait allusion au cas de Hong Kong lors d’un discours aux Nations Unis à Genève et affirmé qu’alors que des cas anecdotiques de ré-infections faisaient surface ici et là, il était important de bien les documenter.

Pour certains experts, il est possible que de tels cas commencent à émerger, l’explication tenant plutôt à une augmentation du dépistage dans le monde entier, plutôt qu’au fait que le virus se transmette différemment.

Néanmoins, selon le Dr David Strain, membre de l’Université d’Exeter et du conseil médical de la British Medical Association, ces cas sont inquiétants pour plusieurs raisons. « La première est qu’elle suggère qu’avoir été infecté précédemment ne protège pas. La seconde, c’est qu’ils soulèvent la possibilité que la vaccination n’apporte pas autant d’espoir que ce que nous l’espérions. »

L’article a été publiée initialement sur Medscape.com sous l’intitulé Two European Patients Reinfected With Coronavirus. Traduit par Stéphanie Lavaud.

Reuters Health Information © 2020 Reuters Ltd – Medscape – 28 août 2020.