Le risque de FA n’est pas le même dans toutes les cardiomyopathies hypertrophiques

(Medscape – Caroline Guignot) L’analyse du registre français REMY met en évidence trois phénotypes différents dans la population de patients atteints de cardiomyopathie hypertrophique (CMH) : chacun est associé à un profil clinique et sociodémographique distinct et est exposé à un risque de fibrillation atriale (FA) à 5 ans, et donc de morbimortalité associée, différent. Ces données pourraient permettre de développer des approches préventives pour les patients les plus à risque. L’étude a été publiée dans Clin Res Cardiol[1].

Identifier des sous-groupes de patients et le risque de FA qui leur est associé

La survenue de FA est un tournant dans l’histoire naturelle des CMH. On sait que la population des personnes souffrant de… [Lire la suite]

Retour haut de page