La finérénone, un nouveau médicament qui ralentit la progression de la maladie rénale chez les diabétiques

Chez les patients diabétiques ayant une maladie rénale, la finérénone, un nouvel antagoniste des récepteurs des minéralocorticoïdes non stéroïdiens, a montré une diminution significative des complications rénales et également des événements cardiovasculaires dans l’étude pivot FIDELIO-DKD Trial.

La tolérance du produit est bonne selon les critères de sécurité. Le taux d’hyperkaliémie est certes plus élevé que dans le groupe placebo mais le pourcentage d’arrêts de traitement ne représente qu’une faible proportion de celui observé avec la spironolactone, un stéroïde antagoniste des récepteurs minéralocorticoïdes (ARM).

La finérénone, une molécule prometteuse

La finérénone avait déjà fait parler d’elle en 2015 dans l’insuffisance cardiaque. Cet antagoniste des récepteurs des minéralocorticoïdes (ARM) doté d’une sélectivité plus forte vis-à-vis du récepteur aux minéralocorticoïdes que la spironolactone et d’une plus grande affinité de liaison à ces récepteurs que l’éplérénone avait déjà montré des résultats prometteurs dans une étude de phase II. Lire ARTS-HF : la finérénone, nouvel espoir dans l’insuffisance cardiaque

Diminution absolue de 3,4% des complications rénales 

« Le médicament idéal ne provoquerait pas d’hyperkaliémie, mais le risque absolu que nous avons noté [lire la suite]

Retour haut de page