Un quart des médicaments anticancéreux autorisés par la FDA font l’objet de signalements CV

(Medscape – Marcus A. Banks) Environ un médicament anticancéreux sur quatre a fait l’objet d’une alerte de sécurité concernant des problèmes cardiaques en post-marketing de la part de la Food and Drug Administration (FDA). C’est ce qu’indique une lettre publiée dans le JAMA Oncology[1]. En outre, les communications sur les risques cardiotoxiques sont en général publiés 4,5 ans après l’autorisation du médicament, soit un laps de temps 40 % plus long que pour les alertes ne concernant pas le cœur.


Le Dr Daniel Addison, auteur principal de l’étude, rappelle toutefois que le risque de souffrir d’un événement cardiaque majeur lié au médicament anticancéreux est assez faible… [Lire la suite]

Retour haut de page