L’Anses veut faire reconnaître dix-huit médicaments de chimiothérapie comme cancérogènes

(Le Monde – AFP) Si ces substances permettent de ralentir la multiplication de certaines cellules malades, elles représentent un risque pour près de 100 000 professionnels qui les manipulent.

Reconnaître le caractère cancérogène de médicaments censés soigner le cancer peut surprendre. L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a pourtant bien recommandé, mardi 20 juillet, d’inscrire dans la loi le risque que représente l’exposition professionnelle à 18 substances utilisées en chimiothérapie… [Lire la suite]

Retour haut de page