Pourquoi une infection par le SARS-CoV-2 n’est pas toujours synonyme d’un test sérologique positif

(The Conversation – Samira Fafi-Kremer) Samira Fafi-Kremer est cheffe de service du laboratoire de virologie des hôpitaux universitaires de Strasbourg. Elle décrypte pour The Conversation deux publications récentes de son groupe de recherche, qui éclairent les relations complexes entre le coronavirus SARS-CoV-2 et le système immunitaire des personnes qu’il infecte.

The Conversation : Vos travaux suggèrent qu’il est possible d’avoir été en contact avec le coronavirus SARS-CoV-2 sans produire d’anticorps. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Samira Fafi-Kremer : Tout a débuté après plusieurs témoignages de personnes en couples relatant qu’elles-mêmes et leurs partenaires avaient développé des symptômes évocateurs de Covid-19 durant le premier confinement, mais que les résultats des tests sérologiques étaient positifs pour l’un, et négatifs pour l’autre. Ces tests visent à mettre en évidence la présence d’anticorps dirigés contre… [Lire la suite]

Retour haut de page