Des soignants fatigués et en colère qui redoutent la deuxième vague

(Medscape – Marine Cygler) Alors que la situation devient de plus en plus tendue sur le front du Covid, les soignants de l’hôpital public sont fatigués, et en colère. Eux qui avaient cru à un « après » nourri des enseignements de la vague printanière de Covid-19 se retrouvent une nouvelle fois frappés durement par la pandémie avec cette fois l’impression que le pouvoir politique ne les comprend pas. Près d’un an après les premières manifestations pour sauver l’hôpital public, et après les démissions en masse du début 2020, leCollectif Inter-hôpitaux (CIH)tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme car l’épidémie de coronavirus aggrave encore la situation [1]. Il appelle d’ailleurs à participer à la mobilisation intersyndicale de tous le jeudi 15 octobre. 

« Les soignants sont anxieux, ils ont peur de revivre ce qu’ils ont déjà vu au printemps. Mais ils sont aussi en colère car le plan massif pour l’hôpital promis pendant la crise – le fameux « quoi qu’il en coûte » du Président de la République – n’est pas à la hauteur » résume le Dr Olivier Milleron (cardiologue, hôpital Bichat, Paris), porte-parole du CIH. « Nous avons un sentiment de trahison et la situation est aujourd’hui la même qu’en mars… mais en pire » lance-t-il… [En savoir plus]