Faible service médical rendu pour le remdésivir, tranche la HAS

Medscape – « Encore beaucoup d’incertitudes sur l’efficacité et la tolérance du remdesivir » : telle est la conclusion de l’évaluation de la Haute Autorité de Santé (HAS) concernant l’intérêt de l’antiviral dans la lutte contre la maladie COVID-19 [1].

Alors que l’agence européenne du médicament (EMA) a rapidement octroyé une AMM conditionnelle au remdésivir dans les formes sévères de COVID-19 chez des patients oxygéno-requérants. Les experts mobilisés par la HAS et donc exempts de liens d’intérêt avec le laboratoire Gilead, sont plus partagés sur le rapport-bénéfice risque de la molécule dans cette indication.

« Le service médical rendu est jugé faible compte tenu des données actuelles préliminaires qui montrent une réduction globale de 4 jours du délai de rétablissement clinique du patient (11 jours au lieu de 15) par rapport au placebo, et en complément des soins de support, ce qui est de pertinence clinique discutable. Le remdesivir ne montre pas à ce stade d’effet global sur la mortalité à 14 jours, avec un possible effet suggéré uniquement chez les patients qui nécessitent une oxygénothérapie à faible débit », indique la HAS dans un communiqué.

La commission de la transparence de la HAS estime donc qu’une réévaluation est nécessaire sur la base les données de mortalité à 28 jours de l’étude américaine ACTT dès leur disponibilité et au plus tard en octobre 2020 dans un contexte de stratégies thérapeutiques très rapidement évolutives. Le remdesivir étant un antiviral, la HAS a également regretté l’absence de démonstration de son impact sur la charge virale.

Enfin notons que des effets indésirables rénaux et hépatiques ont été décrits chez les premiers patients COVID traités en France.Encore beaucoup d’incertitudes sur l’efficacité et la tolérance du remdesivir HAS

Remboursement dans une indication restreinte

A l’issue de son évaluation, la HAS considère que l’accès au remboursement est justifié dans une population plus restreinte que celle de l’AMM, soit uniquement chez les patients âgés de 12 ans ou plus et pesant au moins 40 kg, hospitalisés pour la COVID-19 avec une pneumonie nécessitant une oxygénothérapie à faible débit.

Actualités Medscape © 2020 – 18 sept 2020.

Retour haut de page